Huizinga (Johan), Homo ludens, essai sur la fonction sociale du jeu, Gallimard, 2011 ; première publication en 1938, 292 p.

Si le nom d’Homo sapiens ne convient pas très bien à notre espèce parce que nous ne sommes pas tellement raisonnables, si celui d’homo faber nous définit encore moins bien, car faber peut qualifier maint animal, ne pourrait-on pas ajouter à ces termes celui d’homo ludens, «homme qui joue» ?
Dans cet essai, Johan Huizinga montre que le jeu est un facteur fondamental de tout ce qui se produit au monde. Le jeu comme une action libre, sentie comme fictive et située en dehors de la vie courante, capable néanmoins d’absorber totalement le joueur – une action dénuée de tout intérêt matériel et de toute utilité, qui s’accomplit en un temps et dans un espace expressément circonscrits, se déroule avec ordre selon des règles données, dans une ambiance de ravissement et d’enthousiasme, et suscite, dans la vie, des relations de groupes s’entourant volontiers de mystère en accentuant par le déguisement leur étrangeté vis-à-vis du monde habituel. Johan Huizinga montre la présence extrêmement active et féconde de ce jeu dans l’avènement de toutes les grandes formes de la vie collective : culte, poésie, musique et danse, sagesse et science, droit, combat et guerre.

Caillois (Roger), Les jeux et les hommes, Gallimard Paris, 1967, 378 p.

Il y a longtemps déjà que les philosophes ont été frappés par l’interdépendance des jeux et de la culture. Roger Caillois fait un recensement des sortes de jeux auxquels s’adonnent les hommes. A partir de ce recensement, il élabore une théorie de la civilisation et propose une nouvelle interprétation des différentes cultures, des sociétés primitives aux sociétés contemporaines.

Fine (Gary Alan), Shared Fantasy: Role-Playing Games as Social Worlds, (1983), Londres, – Chicago, : University of Chicago Press, 2002, 283 p.

Cet ouvrage constitue une étude fondamentale apportant des descriptions précises à propos d’une sous-culture souvent incomprise : le jeu de rôle fantasy, comme Donjons & Dragons. Gary Alan Fine s’immerge dans plusieurs systèmes de jeu différents, offrant des détails sensibles sur la nature des jeux et des motifs d’interaction entre les joueurs, ainsi que leurs raisons de jouer.

Vachey France, « Fictions de personnages dans un MMORPG. Entre jeu de rôle et écriture de soi, écrire une persona fiction », Sociétés, 2011/3 (n°113), p. 81-90. DOI : 10.3917/soc.113.0081.

En produisant une fiction de sa vie, l’Homme évolue dans un entre-deux fantasmatique où se construit une identité narrative qui lui permet d’être présent à lui-même. Dans le cadre d’un jeu en ligne, écrire sur forum le récit d’un personnage joué, sorte de persona fiction, c’est, là aussi, se poser comme sujet en construction, vouloir donner à comprendre, à soi et aux autres, le comportement psychique de son personnage, avancer dans son histoire, intégrer les événements, et construire son identité.

URL : https://www-cairn-info.gaelnomade-1.grenet.fr/revue-societes-2011-3-page-81.htm

Colloque international : Jeu de rôles et transmission littéraire

5-6 mars 2020
Université de Lausanne

Colloque international organisé par Gregory Thonney (SCMS, Université de Lausanne) et Gaspard Turin (Université de Lausanne).

Ce colloque rassemble des personnalités très diverses (spécialistes de la fiction et des littératures du Moyen Âge à nos jours, didacticien·ne·s, ludopédagogues, philosophes, historien·ne·s de l’art, enseignant·e·s et auteur·e·s) autour de la question du jeu de rôle sur table et des enjeux qui peuvent lui être associés, en termes de corpus littéraires, de méthodes d’enseignement, de transposition et de médiation.

Plus d’informations sur le programme du colloque : https://www.fabula.org/actualites/colloque-international-jeu-de-role-et-transmission-litteraire_95133.php

Trémel (Laurent), Jeux de rôles, jeux vidéo, multimédia : les faiseurs de mondes, Paris, Presses universitaires de France, 2001, 309 p.

Selon l’auteur les jeunes générations génèrent elles-mêmes leurs formes de socialisation avec des notions communes d’humanité et d’épreuve dans ces expériences, qui malgré les dérives vers la force et la ruse permettent de cerner et définir un univers de justice. Le jeune joueur fait en même temps l’expérience de la construction de sa grandeur à travers une série d’épreuves pour accéder à des niveaux supérieurs et acquérir le statut de bon joueur voire de maître du jeu puis plus tard de concepteur de scénarios. Mais cette autonomie est relative car elle est limitée dans le cadre d’un marché, celui florissant de ces jeux vidéos d’où de nombreuses implications sociales. La séduction de ces jeux repose sur le développement de “qualités” refoulées dans la vie quotidienne. Ces jeux doivent être politiquement corrects d’où un travail d’adaptation de la part des fabricants pour canaliser les excès et contradictions, les désirs suscités. Ce travail débouche sur une analyse de la manière dont les jeunes peuvent construire leur personnalité à côté de l’école.